2 ANS de BOUTIQUE NEW YORK | -25% sur TOUTE LA BOUTIQUE AMERICAINE

0

Votre panier est vide

New York
Les 101 Meilleurs Films

octobre 04, 2020

Les 101 Meilleurs Films A New York De Tous Les Temps

Les meilleurs films de New York

 Les meilleurs films de New York

Nous avons exploré les 5 arrondissements - aussi haut que la flèche de King Kong et aussi bas qu'un métro détourné - pour vous donner les meilleurs films de New York

Paradis et prison, métropole animée et l'endroit le plus solitaire du monde : La ville de New York a une identité cinématographique qui touche tous les milieux. Même lorsque nous écrivons nos propres histoires dans ce lieu des plus célèbres, nous côtoyons des personnages de fiction (et parfois des personnages réels, si nous avons de la chance). 

En sélectionnant les 100 films new-yorkais les plus essentiels, nous avons gardé à l'esprit l'audace de la ville. Nous connaissons la ville de l'intérieur comme de l'extérieur, et nous pourrions vous recommander les meilleures choses à faire, les meilleures pizzerias, les meilleurs bars clandestins. 

Mais qu'en est-il des meilleures comédies romantiques qui ne sont pas des films de Woody Allen ? Plongez, bousculez-vous poliment, trouvez votre place ou roulez debout : Dites-nous ce que nous avons manqué. C'est une grande ville.


1. Taxi Driver (1976)

Taxi Driver (1976)

Nous arrivons donc au grand papa, le film que vous citez dans le miroir quand vous en avez marre ("Tu me parles ?"), le film qui vous vient toujours à l'esprit quand un taxi se fraye un chemin dans la vapeur d'une plaque d'égout pour vous emmener en enfer. 

Le projet a failli être confié à Brian De Palma, obsédé par Hitchcock et jugé inadapté. Au lieu de cela, le jeune et intense réalisateur de Mean Streets, Martin Scorsese, et sa vedette à la voix douce, Robert De Niro, s'y sont attachés avec beaucoup de chance. Rien de moins que de la magie a été capturée au cours de ce tournage estival difficile, en proie à une chaleur bestiale et à une grève des éboueurs de Manhattan. 

Travis Bickle, notre héros fêlé, traverse l'indiscipliné Greenwich Village et les rues imprévisibles de Hell's Kitchen. L'histoire est peut-être dans sa tête : le rêve d'un homme dérangé de vivre une romance à la vanille avec Cybill Shepherd, la fureur incontrôlée de l'impuissance politique et le besoin compulsif de réparer chaque tort, aussi minime soit-il. 

Parce que Taxi Driver est si piquant et réel, il est en tête de notre liste de New York. Parce qu'il parle au diable solitaire qui sommeille en chacun de nous, il est en tête de toutes les listes.


2. Le grand chantage (1957)

 Le grand chantage (1957)

Broadway n'a jamais semblé aussi séduisante et menaçante que dans la farce amère d'Alexander Mackendrick sur un chroniqueur de commérages venimeux (Burt Lancaster), son laquais sans âme (Tony Curtis) et les débris laissés dans leur sillage. 

Times Square devient une monstruosité monochromatique, pleine de lumières dures, de comptoirs de repas tristes et de bruit incessant ; les intérieurs luxueux du 21 et de l'Elysian Room doublent agréablement pour le neuvième cercle de l'Enfer de Dante.


3. Un après-midi de chien (1957)

Un après-midi de chien (1957)

Park Slope brûle dans le feu de Sidney Lumet, d'après l'histoire vraie d'un braquage de banque colossalement bâclé. Al Pacino (qui a d'abord travaillé avec Lumet dans le formidable film policier new-yorkais Serpico) a la plus noble des intentions pour orchestrer le hold-up : payer l'opération de changement de sexe de son petit ami. L'année suivante, Lumet réalise un autre classique de New York sur les illusions de grandeur : Network.


4. Rosemary's Baby (1968)

Rosemary's Baby (1968)

Sorti à une époque où l'horreur signifiait surtout Vincent Price avec une cape de folie, le drame surnaturel réaliste de Roman Polanski était une transfusion de sang épais et urbain. 

L'impact révolutionnaire du film doit être attribué en grande partie à la ville elle-même : Le Dakota se dessine de façon menaçante, comme le manoir d'un vampire de Transylvanie. 

Un jeune couple, joué par Mia Farrow (dans un montage de lutins new-yorkais à la mode) et John Cassavetes, s'y déplace - on les reconnaît assez bien. Mais dans une autre des subversions astucieuses du film, l'éternelle voisine aimable mais curieuse (Ruth Gordon) cache une intention malveillante.

Des obstétriciens bizarres, des bruits nocturnes mystérieux et même la balade improvisée de Farrow dans la circulation en sens inverse s'ajoutent à un cauchemar animé qui a donné naissance à de nombreux Cygne noir depuis.


5. Manhattan (1979)

Manhattan (1979)

C'est un cliché de dire que le Woodster's dramedy est un valentin pour sa ville natale, mais allez : comment pourriez-vous décrire autrement ce magnifique hommage aux lignes d'horizon, au pont de Queensboro et aux citadins de New York ? 

"Chapitre 1 : Il était aussi dur et romantique que la ville qu'il aimait. Il adorait Manhattan. Il idolâtrait tout cela hors de toute proportion." Prends ça, Brooklyn !


6. Do the right thing (1989)

Do the right thing (1989)

Spike Lee et le directeur de la photographie Ernest Dickerson transforment un bloc de Bedford-Stuyvesant en une version de Tahiti de Gauguin : Chaque bloc, chaque bodega et chaque B-boy qui parle d'ordures fait soudain partie d'un paysage coloré et expressionniste qui semble en quelque sorte hyperréaliste. 

Réalisée en réponse directe à l'incident d'Howard Beach, l'histoire de Spike sur le melting-pot racial de New York qui s'est mis à bouillir englobe Brooklyn dans son intégralité : le mélange de l'ethnicité et de la classe, la culture de l'abaissement et l'embourgeoisement, la fierté et la colère. 

Tout cela, et Rosie Perez qui danse sur "Fight the Power" de Public Enemy. Combien de films peuvent revendiquer ce fait, Jack ?


7. King Kong (1933)

King Kong (1933)

Toute liste de films new-yorkais doit inclure l'une des images les plus célèbres de la ville jamais consacrée au celluloïd : le singe géant en stop-motion qui se frappe la poitrine au sommet de l'Empire State Building et qui s'élance sur les biplans venus le descendre. 

La fin tragique de King Kong au sommet de la tour résiste remarquablement bien près de huit décennies plus tard, non seulement en raison des effets spéciaux pratiques (qui confèrent une réalité onirique qui leur est propre), mais aussi parce qu'il est loin d'être le seul visiteur à avoir connu sa chute dans la ville qui ne dort jamais. Il s'agit bien sûr d'une jungle.

 L'impact qu'à eu King Kong sur l'Empire State Building 

 

8. Shadows (1959)

Shadows (1959)

Où d'autre que New York pourrait-on tourner le film décisif du cinéma indépendant américain ? Le premier film de John Cassavetes, qui a fait date, s'amuse avec les névrosés de Beats au MoMA, entre les boîtes de nuit enfumées et la tête de leurs habitants, et regarde les citadins tomber amoureux les uns des autres (et se trahir).


9. New York 1997 (1981)

New York 1997 (1981)

Dans un avenir proche (1997), l'île de Manhattan est devenue une prison de haute sécurité, où vivent des tueurs à la chaîne, des escrocs rusés, des femmes fatales et d'autres fous. 

Le thriller crasseux de John Carpenter présente une Grosse Pomme dystopique mémorable : Le coup d'envoi spectaculaire - une lente montée au-dessus du mur de la prison - est comme une carte postale de bienvenue à New York ! 

Provenant d'un univers alternatif (un jeune homme nommé James Cameron était l'un des peintres de fond). Notre anti-héros sportif, Snake Plissken (Kurt Russell, le summum de la virilité ricanante), utilise les Twin Towers comme plate-forme d'atterrissage pour son planeur - une image chargée involontairement. La bibliothèque publique de New York et le terminal de Grand Central sont les quartiers généraux des méchants, jonchés de détritus. 

Et tous les ponts sont minés ! Scène par scène, Carpenter fait la satire des craintes de rigueur d'un NYC en proie à la criminalité - ce qui est drôle étant donné que le film a été tourné en grande partie à St.Louis. 


10. Un jour à New York (1949)

Un jour à New York (1949)

 

Il y a peu d'évocations plus exubérantes d'une visite à New York que l'adaptation par Gene Kelly et Stanley Donen de la comédie musicale de Leonard Bernstein, dans laquelle un trio de marins (Kelly, Frank Sinatra et Jules Munshin) passent leurs vacances à terre à faire la cour à trois femmes différentes. Ils chantent, dansent, flirtent et vont même jusqu'à visiter l'Empire State Building, l'enjeu n'étant pas plus important que de s'amuser avant de reprendre la mer. 

La joie pure et frénétique du film trouve le temps de suivre le conseil de direction toujours utile selon lequel "le Bronx est en haut, mais la batterie est en bas".


11. French Connection (1971)

French Connection (1971)

La course-poursuite en voiture dans laquelle Popeye Doyle de Gene Hackman suit le train D à travers Bensonhurst est l'une des meilleures de tous les temps pour une raison : William Friedkin capture avec brio la folie moite d'une poursuite à grande vitesse à travers des quartiers animés et bondés qui ne cèdent pour personne.


12. La fièvre du samedi soir (1977)

La fièvre du samedi soir (1977)

C'est le film qui a transformé une sous-culture des boîtes de nuit new-yorkaises en un phénomène, une chanson des Bee Gees à la fois. Mais ce mélodrame disco est en fait l'histoire d'un rêve qui consiste à s'évader des banlieues, avec l'imbécile de Travolta, bien coiffé et en costume blanc de Bay Ridge, qui remplace tous les enfants talentueux et étouffés de Brooklyn qui essaient de rester en vie.


13. After Hours (1985)

After Hours (1985)

La comédie "mineure" de Martin Scorsese sur le centre-ville après la tombée de la nuit a offert de belles leçons aux nouveaux venus des années 80 à New York : Ne vous approchez pas de Soho (ou du moins des lofts de Spring Street) une fois le soleil couché ; gardez votre argent chaque fois que vous prenez un taxi au sud de la 14e rue ; et ne faites jamais confiance aux amateurs de clubs punks ou aux camionneurs de glaces de la ville. Cette photo de Scorsese illustre bien le cauchemar de Gotham, un pays merveilleux, presque aussi essentiellement que Taxi Driver.


14. S.O.S. Fantômes, Ghostbusters (1984)

S.O.S. Fantômes, Ghostbusters (1984)

Manhattan a un problème de parasites de l'autre monde dans la comédie surnaturelle à succès d'Ivan Reitman. Ils sont dans les rayons de la bibliothèque publique de New York, dans Central Park et ses environs, et se cachent même dans le chariot à hot-dogs d'un vendeur de rue apeuré. Faut-il demander qui vous allez appeler ?


15. Chelsea Girls (1966)

Chelsea Girls (1966)

Conçu au Kansas City de Max et inspiré par l'hôtel Chelsea (où il a été tourné en grande partie), l'opus underground de trois heures et demie d'Andy Warhol a également été un succès commercial improbable, un test d'endurance sur écran partagé de vignettes non narratives mettant en scène la ménagerie de personnalités new-yorkaises excentriques de l'artiste pop - les géniteurs culturels de la télé-réalité histrionique.


16. Sur les quais (1954)

Sur les quais (1954)

Le grand ciel de New York s'attarde en toile de fond comme un rêve inaccessible dans le drame de la corruption meurtrière d'Elia Kazan, basé sur les articles de Malcolm Johnson pour le défunt New York Sun. 

Les docks de Hoboken sont si durs que, comme le dit un personnage, ils ne font presque pas partie de l'Amérique, mais sont leur propre royaume apparemment immuable.


17. Annie Hall (1977)

Annie Hall (1977)

Alvy Singer de Woody Allen est peut-être le personnage le plus new-yorkais du cinéma, à tel point qu'il a grandi sous les montagnes russes de Coney Island. Son New Yorkness semble être la raison de la fin de sa relation : Comme lui dit Annie, "Tu es comme cette île pour toi-même."


18. Wall Street (1987)

Wall Street (1987)

"L'avidité, faute d'un meilleur mot, est bonne", dit la phrase classique (paraphrasée d'un discours d'Ivan Boesky), mais la richesse du récit moral d'Oliver Stone se retrouve dans chaque scène. 

Voici des vues de bureau vertigineuses et les points d'eau (le Club 21, la Taverne sur le green) de l'ultrarich. Qui peut reprocher à Charlie Sheen d'avoir acheté une machine à sushi automatique et de l'avoir vendue ?


19. Les guerriers de la nuit (1979)

Les guerriers de la nuit (1979)

Les gangs réels et fictifs de New York ont gagné leur part de temps à l'écran au fil des ans, mais personne n'a dépeint les "armées de la nuit" de la ville de manière aussi colorée que Walter Hill. 

Fuyant le Bronx pour rejoindre leur territoire de Coney Island, les Warriors rencontrent des cabales de cagoules allant du terrifiant (Gramercy Riffs) au campement (Baseball Furies). C'est la guerre de rue en tant que fête costumée, où les psychopathes à la mode sortent et plaaa-aaay.


20. Les pirates du métro (1974)

Les pirates du métro (1974)

Vous souffrez de claustrophobie ou de paniques liées au L-train ? Alors le thriller original de Joseph Sargent sur le détournement d'un métro 6 est exactement le genre de thérapie de choc dont vous avez besoin. 

Si c'est trop pour votre système nerveux, vous n'avez qu'à vous délecter du fantastique casting de maniaques et de fous, dirigé par le flic grincheux de Walter Matthau et le suave chef psychopathe de Robert Shaw.


21. Hannah et ses soeurs (1986)

Hannah et ses soeurs (1986)

Très probablement le meilleur équilibre entre le nebbishment et la nourriture de Woody, cette comédie romantique immortalise une foule d'expériences new-yorkaises qui ne sont, hélas, plus : Bobby Short roucoulant au Carlyle Club ; des groupes punk se disputant le CBGB ; des intellectuels flirtant avec les vieux livres de concours.


22. Serpico (1973)

Serpico (1973)

Un héros peut-il survivre dans les rues méchantes de New York ? De justesse, comme le classique du crime de Sidney Lumet basé sur la tragique histoire réelle du flic non corrompu Frank Serpico. Plein de rage vertueuse, Al Pacino a débloqué une performance de premier ordre, déchiré entre le zèle bienfaisant et l'anxiété du solitaire. 

Tourné dans tous les arrondissements sauf Staten Island, le film dresse un portrait presque complet de la ville dans sa plus grande tristesse.


23. 42nd street (1933)

42nd street (1933)

"Tu sors un jeune, mais tu dois revenir une star !" Y a-t-il une phrase qui reflète mieux l'attrait de la Grande Voie Blanche, de zéro à célèbre ? 

Cette comédie musicale hors pair nous a également donné la chanson titre ("where the underworld can meet the elite") et un hommage délirant, chorégraphié par Busby Berkeley, au boulevard des rêves brisés de Broadway.


24. Diamants Sur Canapé (1961)

Diamants Sur Canapé (1961)

Un gigolo littéraire (George Peppard) et une prostituée de haut niveau (Audrey Hepburn) sont des amoureux sans gouvernail dans une ville où les âmes perdues sont aussi fréquentes que les bagues de Cracker Jack. 

L'adaptation par Blake Edwards de la nouvelle de Truman Capote (tournée principalement sur le terrain de la Paramount mais avec des extérieurs clés à New York, dont la célèbre bijouterie de la Cinquième Avenue) utilise son état d'esprit new-yorkais pour insuffler un charme irrésistible à une histoire incroyablement déprimante.


25. Les affranchis (1990)

Les affranchis (1990)

Un jeune irlandais-américain (Ray Liotta) se fait saigner les mains par les Italo-Américains de Brooklyn, qui s'occupent de tout, des opérations de friture aux cargaisons de JFK. 

Le biopic exaltant de Martin Scorsese est un hommage déchirant à ceux qui préfèrent serpenter dans la cuisine du Copacabana et des voisins fouettés par des pistolets plutôt que d'endurer la vie respectueuse des lois comme un schnook.


26. American Psycho (2000)

American Psycho (2000)

La réalisatrice Mary Harron a flatté le célèbre roman de Bret Easton Ellis en l'investissant d'une conception plus profonde du mal des yuppies (brillamment transmise par Christian Bale), et en remplissant les marges de détails humoristiques des années 80 : un défilé chic de restaurants design Tribeca et de boîtes de nuit pleines de néons. Critique habile de la consommation de coke, la vision d'Harron est l'un des films les plus récents de New York qui vaut le coup d'œil.



27. Le Petit fugitif (1953)

Le Petit fugitif (1953)

Un garçon de sept ans s'enfuit à Coney Island dans cette tranche de vie en noir et blanc codirigée par Ray Ashley, Morris Engel et Ruth Orkin, qui est peut-être le meilleur témoignage cinématographique de la promenade brumeuse qui existe. 

Il y a peu de dialogues, juste les images, les sons et les odeurs de l'été. Si vous avez déjà vu un certain nombre de films français de la Nouvelle Vague ou de films iraniens pour enfants, faites l'éloge de votre grand-père.


28. Que le spectacle commence (1979)

Que le spectacle commence (1979)

Du ping-pong d'un duplex de la 58e rue à l'ouest, aux répétitions de spectacles de Broadway et au montage sans fin de son dernier film, le réalisateur Joe Gideon (Roy Scheider), qui utilise de la Dexedrine, donne à l'épuisement extrême une allure positivement électrique. Le film à clef autodestructeur de Bob Fosse le prouve : Il n'y a qu'à New York que le workaholism peut être considéré comme hédoniste.


29. Orange Mecanique (1945)

Orange Mecanique (1945)

Un soldat de la Seconde Guerre mondiale (Robert Walker) tombe amoureux de Judy Garland, une jeune citadine, alors qu'il est en permission de deux jours. 

Il lui fait la cour dans des reconstitutions de la taille d'une cathédrale et des lieux emblématiques de Gotham, tels que Penn Station, Central Park et le Metropolitan Museum of Art. Réalisé par Vincente Minnelli (et un Fred Zinnemann non crédité), cette romance envoûtante est le meilleur de l'âge d'or d'Hollywood.


30. La 25ème heure (2002)

La 25ème heure (2002)

Bombardé, déchirant et déchirant, le drame de Spike Lee reste la grande lettre d'amour de l'après-11 septembre à New York - remplie de drapeaux américains et de rage déplacée - vue par un trafiquant de drogue (Edward Norton) sur le point d'aller en prison pour sept ans. 

Il fait ses adieux au chaos désordonné, blessé et merveilleux de la ville avec une dernière nuit de sortie, entouré de tous ses proches.


31. La cité sans voiles (1948)

La cité sans voiles (1948)

Le drame criminel réaliste de Jules Dassin n'était pas le premier à utiliser des lieux réels de New York comme toile de fond, mais son docu-noir a certainement popularisé l'idée que des coins comme la 57e et Lexington ont l'air beaucoup plus authentiques que des arrière-plans de studio. Vous pouvez également remercier cette histoire (l'une des 8 millions, selon la première voix off) pour chaque émission policière télévisée basée à New York de ces 40 dernières années.


32. Mean Streets (1973)

Mean Streets (1973)

Le film qui a lancé mille imitations irritantes n'a rien perdu de sa puissance étonnante au fil des ans. Harvey Keitel, Robert De Niro, Martin Scorsese, les Ronettes - que voulez-vous d'autre ? 

Que diriez-vous d'une capsule historique sur l'ancienne Petite Italie avant qu'elle ne devienne un piège à touristes en sauce rouge, un lieu de marchandage de pouvoir intime et de désespoir sans issue.


33. Il était une fois en Amérique (1984)

Il était une fois en Amérique (1984)

Le drame épique de la mafia de Sergio Leone a récemment été amélioré, pour se rapprocher de sa durée initiale de 269 minutes. Peut-on même l'améliorer ? 

La section la plus marquante reste l'évocation déchirante de la vie dans un immeuble juif des années 1920 sur la LES, avec une équipe d'enfants en vedette. 

Des jeunes qui veulent être des durs errent dans les rues jonchées de charrettes, mangent de la charcuterie et flirtent avec une pré-adolescente, Jennifer Connelly.



34. West Side Story (1961)

West Side Story (1961)

La majorité de ce tour de force musical - une version moderne de Roméo et Juliette - a été tourné sur une scène sonore. Pourtant, il a toujours une saveur féroce de "City That Never Sleeps", aidée en grande partie par l'étonnante séquence d'ouverture sur place dans laquelle deux gangs rivaux s'affrontent de la 68e rue ouest à la 110e rue.



35. Macadam Cowboy (1969)

Macadam Cowboy (1969)

Le drame de John Schlesinger, qui a remporté un Oscar, n'offre pas seulement un aperçu de la quarantaine à son apogée sordide ; il capture le désespoir des arnaqueurs et des escrocs qui tentent de survivre dans une ville où tout le monde vous parle et où personne n'entend un mot de ce que vous dites. Vous voudrez peut-être aussi vous écarter du chemin de Dustin Hoffman - il marche ici !


36. Shame (2011)

Shame (2011)

Peu importe les conneries de Michael Fassbender ; la vraie nudité du portrait d'un sexomane par Steve McQueen apparaît lorsque la façade du dôme de notre ville est dépouillée. 

C'est autant un portrait de l'après-11 septembre que celui d'un homme brisé, encapsulé dans une interprétation de "New York, New York" qui mêle traumatisme personnel et angoisse publique.


37. Wild Style (1983)

Wild Style (1983)

Mesdames et Messieurs, le sud du Bronx est... en train de se briser ! Et il saute, il verrouille, il tagge et il rime. Grandmaster Flash, Lee Quinones, Fab Five Freddy, the Rocksteady Crew et Double Trouble (meilleures paroles : "We love to make love to the jolly females") jouent les rôles principaux dans le film hip-hop de Charlie Ahearn.


38. Shaft (1971)

Shaft (1971)

De Harlem à Greenwich Village en passant par le centre ville, personne ne semble avoir le pouls de la ville comme le détective privé de Richard Roundtree dans le classique de la blaxploitation de Gordon Parks. 

C'est un homme dont la loyauté se déplace de faction en faction mais qui semble toujours appartenir, tranquillement, à New York.


39. Métropolitan (1990)

Métropolitan (1990)

Chaque année, à Noël, les descendants de l'aristocratie de l'Upper East Side en âge de fréquenter l'université rentrent chez eux pour quelques semaines ritualisées de bals de débutants et d'"after-parties", dans le cadre des débuts semi-autobiographiques de Whit Stillman. 

A la fois riff de Great Gatsby et satire au scalpel du droit, la comédie de Whit Stillman sur la "haute bourgeoisie urbaine" est un début prometteur. Vous la verrez avec des amis, puis vous passerez la soirée à parler d'eux dans leur dos.


40. The king of New York (1990)

The king of New York (1990)

Bien avant qu'il ne devienne l'imitateur incontournable des comédiens du monde entier, Christopher Walken a transformé en tour de force ce qui aurait pu être un rôle de patron de la mafia. 

Regardez comment il danse avec ses vieux laquais au Plaza Hotel, ou la façon dont il monte dans ce taxi à la fin du film pour rencontrer son créateur à Times Square ; c'est comme assister à un cours de maître en interprétation à l'écran.


41. Le Parrain (1972)

Le Parrain (1972)

Le film de Francis Ford Coppola est le grand mythe de l'ombre de New York : un récit d'assimilation d'immigrants opposé à la volonté d'honorer ses sombres racines. 

Sa vision de la ville est bien ancrée dans des lieux réels, des marches de la Cour suprême de l'État de New York à Manhattan au cimetière du Calvaire dans le Queens.


42. Les Muppets à Manhattan (1984)

Les Muppets à Manhattan (1984)

Déçu par la production de l'après-Jim Henson Muppets ? Revisitez la réalité : C'est l'un des meilleurs efforts de Kermit et de ses amis, surtout pour les Gothamites (les lieux comprennent Sardi's, Central Park et l'Empire State Building). L'intrigue, vous demandez-vous ? Voir le titre.


43. My Diner with Andre (1981)

My Diner with Andre (1981)

Difficile de croire qu'un film sur deux types qui échangent des anecdotes et des idéologies au cours d'un repas puisse être aussi captivant, mais c'est l'un des meilleurs films pour les têtes parlantes jamais réalisés. 

Les bavardages New Age d'Andre Gregory sont un peu trop, c'est vrai, mais une fois que Wallace Shawn fait le va-et-vient, la patience commence à payer. Le fait est que nous, les New-Yorkais, avons ce genre de conversations à table tous les soirs.


44. Six degrés de séparation (1993)

Six degrés de séparation (1993)

Vous jouez le jeu avec Kevin Bacon ; pourquoi ne pas regarder le film ? Donald Sutherland et Stockard Channing sont des snobs de l'art idéal à New York dans l'excellente adaptation de Fred Schepisi de la pièce de théâtre John Guare, remplie de détails parfaits : des appartements UES chics, une visite à la librairie Strand, un baiser volé dans un buggy de Central Park.


45. Kids (1995)

Kids (1995)

Le public a été choqué par le portrait du photographe-provocateur Larry Clark, qui a montré des rats de skate new-yorkais se comportant mal (des adolescents qui boivent et font l'amour ? Qui l'aurait cru ?), même si tous ceux qui connaissaient ses premières expositions savaient que Clark avait le don de clouer le côté nihiliste de la culture des jeunes. 

Le cinéaste se met à peine à lorgner légalement dans ses œuvres suivantes, mais son premier film a tout de même du punch.


46. Network : main basse sur la télévision (1976)

Network : main basse sur la télévision (1976)

Plus jérémiadique que satirique, la production bien huilée de Sidney Lumet du chef-d'œuvre prophétique de Paddy Chayefsky suit un conglomérat de télévision amoral qui exploite un présentateur de nouvelles mentalement malade en transformant son émission d'information nationale mal cotée en un divertissement de bordel. 

Cette vivisection encore bien présente de la vaporisation de la culture moderne crépite avec l'énergie nerveuse des diffuseurs de la serre du centre-ville.


47. Flaming Creatures (1963)

Flaming Creatures (1963)

Une panoplie de vignettes pornographiques ou un travail postmoderne d'art hormonal et hyperventilant ? Le magistral film de Jack Smith suscite toujours des débats passionnés et ses images ont toujours le pouvoir de choquer et de faire frémir. Il est indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de la censure, au cinéma underground et à la culture des camps.


48. Marty (1955)

Marty (1955)

La romance s'épanouit sur Arthur Avenue dans le Bronx, alors qu'un couple de chiens - le boucher Marty (Ernest Borgnine) et l'institutrice Clara (Betsy Blair) - se rencontrent dans la salle de bal de Stardust et trouvent l'amour contre toute attente. Paddy Chayefsky, fils originaire de l'arrondissement, a décroché l'Oscar du meilleur film, une belle homélie sur la vie de famille.


49. Le funambule (2008)

Le funambule (2008)

Les Twin Towers se dressent dans les nuages, comme si elles avaient été imaginées par le casse-cou français Philippe Petit, qui, en 1974, a dansé illégalement entre elles sur une corde raide. 

Le documentaire de James Marsh, rempli d'images saisissantes de New York et se déroulant comme un film de braquage des années 70, raconte la vie réelle de la ville, en revendiquant subtilement un repère d'imagination perdu. Passionnant et profond, le film atteint de grands sommets.


50. Superman (1978)

Superman (1978)

N'acceptez aucun remake. Voici le film d'origine qui, sans le vouloir, capture un New York de l'ère Koch dans toute sa gloire. Nous vous mettons au défi de ne pas vous prendre une boule dans la gorge lorsque Christopher Reeve passe devant Battery Park et le vieil horizon. Cette image à elle seule mérite que le film soit placé sur une liste réputée de New York ; le reste du film en offre au moins une douzaine d'autres.


51. Recherche Susan désesperément (1985)

Recherche Susan désesperément (1985)

Bientôt, le centre ville de Madonna sera transformé en un lieu de vie ordinaire. Mais voilà, elle est capturée pour l'éternité. 

Le point de rencontre mystérieux de la comédie romantique est Battery Park, mais ses endroits les plus adorables sont l'ancienne friperie d'East Village, Love Saves the Day (où l'on achète la veste de combat) et Danceteria, un endroit parfait pour se mettre dans le bain.


52. La foule (1928)

La foule (1928)

L'un des derniers chefs-d'œuvre silencieux, le mélodrame de King Vidor, malgré son titre en milliers, se concentre presque exclusivement sur la vie d'un couple marié. Le couple se rencontre à Coney Island, tombe amoureux, se marie, mais en vient à se confronter à la vie dans un immeuble et à des rêves brisés.


53. Liaison fatale (1987)

Liaison fatale (1987)

La vengeance historique en ébullition de lapin éclipse ce qui est un psychotrope de NYC exceptionnellement bien situé, du fief domestique de Michael Douglas dans l'Upper West Side au loft de Glenn Close dans le Meatpacking District, un endroit parfait pour une aventure illicite avec un plat chaud de folie. Subtilement, la nature blessante des rendez-vous galants à cinq est modifiée.


54. Ghost Dog : La voie du samouraï (1999)

Ghost Dog : La voie du samouraï (1999)

A vrai dire, la ville où elle a lieu n'est pas précisée, mais il nous est impossible de ne pas inclure la fantaisie hip-hop de Jim Jarmusch, qui a été enregistrée sur les rythmes sinueux de RZA du Wu-Tang Clan. 

Forest Whitaker parcourt les rues tard dans la nuit dans une voiture volée, motivé par un code d'honneur solennel et capable d'actes violents.


55. Quand Harry a rencontré Sally (1989)

Quand Harry a rencontré Sally (1989)

Après un accrochage occasionnel chez Shakespeare & Co, une conversation orgasmique au Katz's Deli et de longues promenades dans Central Park, un juif né dans le Jersey (Billy Crystal) se rend compte que la shiksa (Meg Ryan) qu'il déteste depuis l'université est en fait son âme sœur. Le réalisateur Rob Reiner et la scénariste Nora Ephron capturent la romance de Manhattan avec une angoisse splendide.



56. Fame (1980)

Fame (1980)

L'histoire électrisante d'Alan Parker, qui montre des étudiants de l'école secondaire des arts du spectacle en train d'essayer de faire un tabac, utilise les salles de Gotham, de Times Square, un quartier très agité, jusqu'à la représentation de minuit du Rocky Horror Picture Show au 8th Street Playhouse, aujourd'hui disparu.


57. Kramer contre Kramer (1979)

Kramer contre Kramer (1979)

Le récit de Robert Benton sur une bataille brutale pour la garde des enfants se déroule à une époque spécifique et privilégiée de l'Upper East Side, l'endroit où les professionnels à mobilité ascendante aspiraient. 

Il devient la réponse de Manhattan aux banlieues idylliques d'autres films, sous la surface desquels se cachent toutes sortes de problèmes.


58. Klute (1971)

Klute (1971)

Est-il possible qu'une call girl de grande classe vivant dans les années 40 à l'Ouest soit un symbole du féminisme de la deuxième vague à son apogée ? Absolument, quand cette femme est jouée par Jane Fonda dans le thriller d'Alan J. Pakula. 

Bien que sa baise aurait pu lui valoir un Oscar, Fonda a pris la statue (sa première) pour son mélange indélébile et volatile d'aciérie impénétrable et de vulnérabilité quasi-pathologique - l'ultime New-Yorkaise.


59. Margaret (2011)

Margaret (2011)

Le chef-d'œuvre de Kenneth Lonergan, hanté par les traumatismes personnels et municipaux, présente mieux que tout autre film le flux de 8 millions d'histoires individuelles qui se déroulent en même temps. 

Il montre également comment une expérience bouleversante et permanente pour une adolescente (la fascinante Anna Paquin) peut être un point brillant de plus dans le kaléidoscope de la ville.


60. Les Berkman se séparent (2005)

Les Berkman se séparent (2005)

La dramaturgie semi-autobiographique de Noah Baumbach se situe dans une communauté intellectuelle de Brooklyn des années 1980 qui a depuis dévoré la moitié du quartier. Pour son image cathartique (voir titre), le film revisite un souvenir d'enfance probablement partagé par tout muséographe impressionnable d'un certain âge.


61. Le plaisir qu'on dit charnel (Carnal Knowledge) (1971)

Le plaisir qu'on dit charnel (Carnal Knowledge) (1971)

L'insatisfaction romantique et la certitude très gothamienne qu'il y a toujours quelqu'un de mieux dehors façonnent le portrait accablant de Mike Nichols sur les anciens colocataires de l'université (Art Garfunkel et Jack Nicholson). Ils traversent 25 ans de mœurs sexuelles urbaines changeantes mais ne trouvent jamais ce qu'ils cherchent.


62. Tootsie (1982)

Tootsie (1982)

La réputation de ce film est montée en flèche depuis sa sortie. Dustin Hoffman joue un acteur new-yorkais malchanceux qui décroche un rôle de soap-opera en se faisant passer pour une femme du Midwest. 

Parmi les points de repère locaux, citons le National Video Center (qui abrite désormais des appartements de luxe et le Signature Theatre) et le Russian Tea Room (où Hoffman révèle son stratagème à son agent) ; même Andy Warhol fait une apparition.


63. Regeneration (1915)

Regeneration (1915)

L'histoire muette de Raoul Walsh, qui raconte l'histoire d'un pauvre enfant qui devient un criminel de haut rang, a non seulement donné naissance au film de gangsters, mais c'est aussi l'un des rares films à utiliser de vrais lieux de la ville de New York (en particulier les immeubles de la Bowery) pour ajouter de l'authenticité à sa parabole des hauts et des bas. C'est le premier vrai film de New York.


64. On the Bowery (1956)

On the Bowery (1956)

Plus connu pour ses documentaires réalisés dans les jungles africaines, Lionel Rogosin a décidé de tourner ses caméras candides sur une caméra concrète : Le vieux quartier des dérapages de New York. 

Il en résulte un documentaire-récit hybride qui jette un regard sans concession sur un no man's land urbain, avec certains de ses habitants les plus démunis (dont l'un est mort quelques semaines seulement après la première).


65. Super Fly (1972)

Super Fly (1972)

(C'est ici que débute son brillant "Pusherman".) Nous aimerons et pleurerons toujours Ron O'Neal, qui exprime succinctement le code de l'arnaqueur : "Je ne t'appartiens pas, porc, et aucun enfoiré ne me dit quand je peux me casser."


66. Speedy (En Vitesse) (1928)

Speedy (En Vitesse) (1928)

L'icône silencieuse Harold Lloyd incarne les fonceurs de Gotham dans le rôle de Harold "Speedy" Swift, qui se bat pour sauver le dernier wagon de la ville des hommes de la fusion. Lloyd's laffer propose également des visites passionnantes d'un New York d'antan, en particulier lorsque le multiphénate emmène Babe Ruth dans un taxi à fort indice d'octane pour se rendre au Yankee Stadium du Bronx.


67. Broadway Danny Rose (1984)

Broadway Danny Rose (1984)

Ne vous inquiétez pas, vous verrez beaucoup d'autres Woody sur cette liste. Cette comédie, mettant en scène une Mia Farrow transformée en veuve de la mafia italienne, mérite d'être promue de mineure à majeure. 

Réservée par les coffee klatches dans le célèbre Carnegie Deli, l'alouette n&b se pose également sur la parade de Thanksgiving de Macy's (Underdog float !).


68. Paris is burning (1990)

Paris is burning (1990)

"De la tête aux pieds, vous savez ?" Les drag queens de Harlem et du Bronx forment des gangs de rue gays (et des familles de substitution) sur le circuit du bal, où des personnalités hors gabarit comme Venus Xtravaganza s'affrontent sur la base de la "réalité" de leur splendeur vestimentaire simpliste. 

Le documentaire essentiel de Jennie Livingston sur la réinvention du genre vante brillamment la résilience des parias de la ville.


69. Un justicier dans la ville (1974)

Un justicier dans la ville (1974)

Un classique brutal de New York (dont la star, Charles Bronson, a eu du mal à se défendre), ce thriller d'autodéfense a cristallisé le dangereux Manhattan de l'ère Beame dans l'esprit de millions de personnes. 

La scène centrale se déroule dans un wagon de métro grunge, où un Upper West Sider furieux se venge d'une paire d'agresseurs malchanceux à l'aide d'un calibre .32 nickelé. La vie imite l'art.


70. Downtown 81 (1981)

Downtown 81 (1981)

L'atmosphère de Soho du début des années 80, où l'argent envahit la bohème, est involontairement préservée dans ce récit sans intrigue d'un jeune artiste pauvre mais courageux qui erre dans les rues de Manhattan (et dans le célèbre Mudd Club) à la recherche d'amour, d'inspiration et de sa grande chance. 

Il ressemble à n'importe quel autre film indépendant, sauf que le héros du film est joué par Jean-Michel Basquiat, le disciple de Warhol qui est mort en 1988 d'une overdose.


71. Black Swan (2010)

Black Swan (2010)

Nina Sayers (Natalie Portman), danseuse new-yorkaise techniquement éblouissante mais émotionnellement fragile, devient la première ballerine du Lac des Cygnes, mais des passions refoulées sabotent sa santé mentale - jusqu'à devenir une source d'inspiration. 

Darren Aronofsky transforme le campus raréfié du Lincoln Center en un Grand Guignol de puissance, de luxure et d'ambition, tout cela au nom de la perfection artistique.


72. Le propriétaire (1970)

Le propriétaire (1970)

Un WASP (Beau Bridges) gâté de Manhattan achète un appartement à Brooklyn et apprend quelques leçons de vie difficiles (mais hilarantes) de ses locataires, essentiellement noirs. 

Le réalisateur Hal Ashby, qui fait ses débuts en tant que réalisateur de film, capture de manière très vivante le quartier de Park Slope, bien avant qu'il ne devienne le centre de la vie des poussettes.


73. Bad Lieutenant (1992)

Bad Lieutenant (1992)

L'officier junkie Harvey Keitel fait tomber des voyous pour de l'argent volé, harcèle sexuellement les jeunes conducteurs et ne comprend pas pourquoi cette religieuse violée pardonne à ses agresseurs. 

Le regard incendiaire d'Abel Ferrara sur la culpabilité catholique d'un flic corrompu est un véritable moulin à paroles, ce qui illustre bien l'appétit de New York pour le cinéma cathartique et le raunch de Times Square.


74. Requiem for a Dream (2000)

Requiem for a Dream (2000)

Darren Aronofsky a adapté sans ménagement l'histoire de la toxicomanie d'Hubert Selby Jr. et a trouvé dans ses locaux de Brooklyn une poésie miteuse : Brighton Beach a rarement semblé aussi ensoleillée, Coney Island aussi décrépie et l'océan Atlantique - un nirvana séduisant - aussi hors de portée.


75. Mrs. Parker et le cercle vicieux (1994)

Mrs. Parker et le cercle vicieux (1994)

L'ère du jazz prend vie dans le drame d'ensemble d'Alan Rudolph sur l'esprit caustique de Dorothy Parker. 

Parmi les nombreux triomphes de cette pièce d'époque amoureusement détaillée figurent les séquences se déroulant à l'hôtel Algonquin, où les gabsters bavardent autour de la table la plus célèbre depuis le roi Arthur et ses chevaliers.


76. The cool world (1964)

The cool world (1964)

La cinéaste indépendante Shirley Clarke (The Connection) a tourné l'histoire d'un enfant difficile qui cherche à monter dans la hiérarchie d'un gang local en une vision réaliste du quartier lui-même. 

Peu de films ont capturé le quartier (vers le milieu des années 60) avec un regard journalistique aussi vif.



77. Two Lovers (2008)

Two Lovers (2008)

Les disparités de classe et de tempérament sont vivement observées dans le drame de James Gray à New York, qui met en scène un Joaquin Phoenix (jamais mieux) en pleine crise, dans le rôle d'un célibataire suicidaire de Brighton Beach vivant avec ses parents inquiets. Avec l'arrivée d'une voisine séduisante aux goûts de luxe (Gwyneth Paltrow), le film se lance dans des lieux chics du centre-ville - et dans une romance de shiska prudente.


78. La chasse (1980)

La chasse (1980)

Une fois que la communauté gay a protesté, le thriller de William Friedkin sert d'instantané involontaire d'une tranche étroite de la scène du Village pré-SIDA, avec des séquences filmées au légendaire club de cuir Hellfire. 

Al Pacino sert de fenêtre énigmatique au public sur la culture S&M, jouant un flic sous couverture qui peut être repoussé (ou attiré) par tout ce qu'il voit.


79. Good Time (2017)

Good Time (2017)

Josh et Benny Safdie, le duo de cinéastes le plus fiable de New York (qui figure également dans le film Heaven Knows What de 2014), a amélioré son jeu avec ce classique du crime instantané, mettant en scène un Robert Pattinson totalement transformé en schnock des banlieues essayant de faire sortir son frère de Rikers. 

Décision après décision, son personnage à la Pacino choisit la pire stratégie possible et vous vous retrouvez face à son désespoir à moitié intelligent.


80. Eve (1950)

Eve (1950)

L'incomparable drame des coulisses de Broadway de Joseph L. Mankiewicz utilise les lumières du Theater District pour éclairer un monde darwinien de compétition, d'insécurité et de coups de poignard dans lequel le fan qui attend dans la ruelle pour rencontrer la star la dévorerait tout aussi ardemment et prendrait sa place en tant que premier rôle. Peu de choses ont changé.


81. Big (1988)

Big (1988)

Un garçon de 12 ans fait un vœu et se réveille en Tom Hanks de 30 ans (bien qu'il ait encore l'esprit d'un enfant). Il part pour la grande ville, où il transforme un appartement de la Grand Street en un paradis pour adolescents (trampoline !) et, surtout, joue "Heart and Soul" sur un clavier à commande au pied au FAO Schwarz.


82. Pulsions (1980)

Pulsions (1980)

New York City devient le terrain de jeu érotique d'une ménagère qui s'ennuie dans le drôle de frigo à suspense de Brian De Palma. 

Une délicieuse Angie Dickinson erre dans le Metropolitan Museum à la poursuite d'un étranger qui flirte avec elle (un coup de fil dans un taxi suit). 

Plus tard, Nancy Allen, une prostituée curieuse, partage un déjeuner trop révélateur avec übernerd Keith Gordon au restaurant Windows on the World du WTC.


83. Frances Ha (2012)

Frances Ha (2012)

Greta Gerwig (qui a co-écrit le scénario avec le réalisateur Noah Baumbach), une jeune diplômée de l'Ivy League, rêve de devenir danseuse, bien qu'elle ait deux pieds gauches à plus d'un titre. 

Comme beaucoup de personnages de Baumbach, elle est coincée dans le passé et un peu arrêtée dans son développement - mais de façon charmante. Le film est devenu une sorte d'empreinte générationnelle, tout comme Annie Hall.


84. Fenêtre sur cour (1954)

Fenêtre sur cour (1954)

La cour emblématique de Greenwich Village, sur laquelle un Jimmy Stewart en convalescence regarde et repère quelque chose qu'il n'était pas censé voir, résume parfaitement l'aveuglement subjectif qui permet aux New-Yorkais de mener des vies parallèles dans des lieux aussi proches. Le thriller d'Hitchcock capture également ce qu'il faut pour faire tomber ces frontières imaginaires.


85. Smithereens (1982)

Smithereens (1982)

Le chic de la pauvreté du Lower East Side du début des années 80 est aujourd'hui romancé, mais le drame de Susan Seidelman fait tomber son héroïne du monde de l'art dans un LES rempli de dilettantes égocentriques, d'opportunistes odieux et de pervers prédateurs. C'est un instantané d'une époque qui lui sert d'épitaphe, une époque qui fait éclater la nostalgie des hipsters.


86. Les prédateurs (1983)

Les prédateurs (1983)

Ce conte de vampires sexy se déroule principalement dans un royaume ridicule de maisons de ville spacieuses remplies de fumée et de cercueils. Mais nous l'incluons pour sa seule scène d'ouverture : Les suceurs de sang David Bowie et Catherine Deneuve rôdent dans une boîte de nuit en sueur du centre-ville pour trouver de jeunes et jolies choses, tandis que le Bauhaus s'acharne sur son classique "Bela Lugosi's Dead". C'est une ville gothique de New York dont on se souvient avec une larme.


87. Summer of Sam (1999)

Summer of Sam (1999)

Le Bronx représente dans la sinistre reconstitution par Spike Lee de la panique du tueur en série David Berkowitz de 1977, qui s'est installée dans une ville en proie à des coupures de courant, à des tensions raciales et à une chaleur étouffante et inéluctable. 

Lee donne aux jeunes de sa ville natale le goût des pizzerias, des salons de coiffure et des clubs punks (dont le CBGB, aujourd'hui disparu).


88. King Kong (1976)

King Kong (1976)

La production lascive de Dino De Laurentiis infuse le magnétisme animal de l'original de 1933 avec une sensibilité perverse (le primate envahi par la végétation doigte littéralement une Jessica Lange visiblement excitée). 

Et avec un double phallus comme celui du World Trade Center comme décor final, il n'y a pas de meilleure ville pour qu'un grand singe soit un échangiste.


89. Hester Street (1975)

Hester Street (1975)

L'hommage de Joan Micklin Silver à la vie de la diaspora juive dans les années 1890 vous donne l'impression d'avoir franchi un portail temporel. 

Ses recréations en noir et blanc des avenues où une communauté isolée tentait de s'assimiler à sa nouvelle patrie comble le fossé entre l'histoire de New York et son présent - une chanson d'immigrants tout droit sortie du cœur de notre ville.


90. While We’re Young (2014)

While We’re Young (2014)

Josh et Cornelia (Ben Stiller et Naomi Watts, tous deux formidables) font partie de la génération X dans un mariage refroidi par des ambitions démesurées et l'absence de participation à la parade des bébés de leurs amis. 

Ce sont des nuits sans sexe sur l'iPad jusqu'à ce que les affections inattendues d'un couple Bushwick beaucoup plus jeune dynamisent leur vie. Un jour, la comédie de Noah Baumbach sera considérée comme un classique, pour le seul portrait définitif d'un millénaire par Adam Driver.


91. Les derniers jours du disco (1998)

Les derniers jours du disco (1998)

Se déroulant au "tout début des années 1980", l'évocation par Whit Stillman d'une vie nocturne moribonde à Manhattan rappelle les palais de la danse sous coke - dont un club similaire au Studio 54 - et le désespoir qui aurait fait durer la fête à jamais. 

Un autre vieux geste du CNY : Nos jeunes héroïnes, Chloë Sevigny et Kate Beckinsale, sont des rédactrices en herbe dans une maison d'édition. Aujourd'hui, elles seraient blogueuses.


92. Les trois jours du Condor (1975)

 Les trois jours du Condor (1975)

Filmé au sommet de la paranoïa politique d'Hollywood, ce thriller de la CIA capture un NYC tendu et saturé d'espions qui réapparaîtra dans The Bourne Ultimatum. Parmi les touches locales de choix, citons le bureau clandestin de Robert Redford sur la 77e rue à Madison, une fuite tranquille sur les hauteurs de Brooklyn (occupée par la sulfureuse Faye Dunaway) et une fenêtre du WTC donnant sur l'intrigue.


93. Hamlet (2000)

Hamlet (2000)

Michael Almereyda transpose la tragédie de William Shakespeare dans le monde de la haute finance alors que le prince couvant d'Ethan Hawke se heurte à son beau-père, un PDG rusé. 

Le décor moderne, qui va des rues sales aux salles de conseil antiseptiques et même à cette souricière cylindrique qu'est le Guggenheim, ajoute une dimension thématique à la plus grande de toutes les pièces.


94. Man Push Cart (2005)

Man Push Cart (2005)

Le cinéaste indépendant Ramin Bahrani raconte l'histoire éloquente et empathique d'un vendeur de chariots de supermarché, si bien qu'il est pratiquement invisible pour les passants. 

Bahrani explore le passé de l'homme fictif en tant que rock star pakistanaise et son présent solitaire et modeste dans un New York à la fois beau et froidement indifférent à sa lutte contre Sisyphe.


95. Spider-Man: New Generation ou Spider-Man dans le spider-verse (2018)

Spider-Man: New Generation ou Spider-Man dans le spider-verse

On peut affirmer que, de tous les super-héros, Spidey est celui qui s'identifie le plus à New York. Ce sont ses canyons à traverser. (Lorsque Sam Raimi a sorti son Spider-Man 2002 peu après le 11 septembre, des scènes de fierté civique ont fait pleurer de nombreux téléspectateurs de New York). 

Chargée de l'attitude de Brooklyn, cette prise animée plus récente est un digne gagnant d'un Oscar, au style audacieux et amusant.


96. Eyes Wide Shut (1999)

Eyes Wide Shut (1999)

Le chant du cygne polarisant de Stanley Kubrick se déroule dans un Manhattan de l'esprit, plus précisément dans le tronc cérébral sexuellement frustré du médecin de la haute société de Tom Cruise. 

Greenwich Village, le village imaginaire du film, peuplé de fraternités moqueuses, d'une prostituée qui vend du crack et d'une adolescente qui ressemble à Lola, est particulièrement bizarre et inquiétant.


97. Meurtres sous contrôle (1976)

Meurtres sous contrôle (1976)

Le film de science-fiction de Larry Cohen sur un détective enquêtant sur des meurtriers qui prétendent exécuter la volonté de Dieu est la face B surréaliste de Taxi Driver : une vision cauchemardesque de la rage refoulée de la ville qui commence avec l'arrivée d'Andy Kaufman abattant le défilé de la Saint-Patrick et se termine avec notre héros devenant ce qu'il essayait d'arrêter.


98. Les nuits de New York (hey, mom !) (1970)

Les nuits de New York (hey, mom !) (1970)

Avant de rencontrer Martin Scorsese, un Robert De Niro peu connu a réalisé quelques petits films loufoques et subversifs avec le réalisateur Brian De Palma, tout aussi obscur. Cette comédie noire sans budget capture l'ère du porno-théâtre à New York dans ses moindres détails. Elle a également des prises au théâtre expérimental du centre-ville : La séquence "Be Black, Baby" vaut à elle seule le prix de l'entrée.


99. Les faussaires de Manhattan ? (2018)

Les faussaires de Manhattan ? (2018)

La ville de New York de 1991, plus rude et plus hivernale, et pourtant, un lieu de librairies anciennes accueillantes et de rêveurs en manteau, prend vie dans ce récit réel de mésaventure littéraire. 

Aucune scène tournée dans le bar chaleureux de Julius, où le whisky coule à flots, ne peut ébranler cette humeur agitée. L'atmosphère y est brassée avec une précision d'expert.


100. Awesome; I Fuckin' Shot That ! (2006)

Awesome; I Fuckin' Shot That ! (2006)

Pour leurs concerts au Madison Square Garden en octobre 2004, les légendaires Beastie Boys ont fait circuler 50 minicaméras parmi la foule bosselée, ce qui a donné un témoignage cinétique et indéniablement bâclé de la collaboration entre fans et idoles. Ce fut un crowdsourcing bien en avance sur son temps. Nous vous pleurons, Adam Yauch.


101. C.H.U.D. (1984)

C.H.U.D. (1984)

Récemment vérifié dans le film Us de Jordan Peele, ce film d'horreur en Z exprime une peur primitive de New York, entretenue par tous ceux qui ont déjà jeté un coup d'oeil sur une grille d'égout : Qui (ou quoi) vit en dessous ? 

Pas les sans-abri, pas les alligators, mais les habitants cannibales humanoïdes de la clandestinité. Comme l'affiche d'une ligne d'horizon chatoyante de Manhattan l'avertissait : "Ils ne restent plus en bas, désormais !"


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Les 25 Choses à faire à San Francisco
Que Faire À San Francisco

mars 26, 2021

Avec tant de choses à faire dans cette ville étonnante, examinons les meilleures choses à faire à San Francisco.
Voir l'article entier
Les 50 Choses à faire à San Diego
Que Faire À San Diego

mars 23, 2021

Berceau de la Californie et premier endroit de l'ouest des États-Unis où les Européens ont mis pied à terre, San Diego est une ville à l'attrait universel.
Voir l'article entier
Que Faire À Miami
Que Faire À Miami

mars 18, 2021

Avec tant de choses amusantes à faire à Miami, les habitants et les touristes ont souvent l'embarras du choix. Heureusement, nous avons fait toutes les recherches pour vous !
Voir l'article entier