50 musiques de Road Trip Américaine

novembre 17, 2020

Musique Americaine 50 musiques de Road Trip

1. Born to Run par Bruce Springsteen

Comme "Born in the U.S.A." de Springsteen, "Born to Run" est plus sombre qu'il n'y paraît. Dans la poésie éraillée des paroles se trouve une puissante combinaison de rébellion, de sexe, de dégoût et de détermination, rendue vivante par la passion gutturale de la voix de Springsteen, le cri libérateur du saxophone de Clarence Clemons et la force propulsive du E Street Band. 

"Someday girl, I don't know when/We’re gonna get to that place where we really wanna go", promet Springsteen. "Born to Run", malgré tous ses pics, vous y emmène. C'est une chanson d'amour, un cri de jungle urbaine et un hymne parfait d'évasion au pédalier.


2. Little Red Corvette de Prince

Il ne faut pas avoir une licence de poésie pour comprendre que cette chansonnette n'a rien à voir avec les voitures. Dans le monde de Prince, les coupés sont des femmes, la puissance est un paquet de préservatifs de Troie, et l'essence est l'endurance dans les draps.

Le rythme prend son temps, les tambours synthétiques résonnent au loin, tout comme le Purple One implore son coup d'un soir de prendre son temps, de faire deux, trois nuits ou plus. 

Dez Dickerson s'éclate dans le solo de guitare, mais c'est elle qui conduit ici. Le choix parfait de modèle de voiture : insaisissable, américaine, sinueuse, risquée. Elle ne fonctionnerait pas comme une Ferrari ou une Rolls.



3. Here I Go Again de Whitesnake


Vous avez été largué récemment ? Vous devez faire un tour en voiture (de préférence dans une Jaguar XJ). Vous avez pris votre décision. Vous ne perdez plus de temps. Alors taquiner-vous les cheveux, mettez-vous en plâtre et augmentez le volume de ce hit de 1982 - essayez juste de ne pas rester coincé dans la circulation. 

Cette ballade de puissance fonctionne mieux sur la route (sans conducteurs adjacents pour juger de vos mouvements de couverture de Coverdale).


4. Where the Streets Have No Name par U2


Ce morceau d'ouverture hymnique tiré du disque phare de U2 de 1987, The Joshua Tree, est un coup de pied idéal pour tout voyage en voiture (en particulier si vous vous promenez dans le désert californien où l'on trouve couramment la plante titulaire du yucca). À partir d'un murmure, le son d'un organe s'accumule comme un phare spirituel qui se dévoile. 

Il s'écoule bien plus d'une minute avant que la guitare du Edge et la ligne de basse propulsive d'Adam Clayton n'entrent en action, et encore 40 secondes avant que le chant de Bono ne touche le sol. 

A ce moment-là, vous êtes prêt à passer à la vitesse supérieure et à gémir : "Je veux courir/Je veux me cacher/Je veux abattre les murs qui me retiennent à l'intérieur.

Bien que la chanson parle de la vision de Bono d'une Irlande sans frontières de classe, elle a inspiré d'innombrables guerriers de la route à s'aventurer dans ces endroits où les rues n'ont vraiment pas de nom. Ou du moins là où elles ont des noms bizarres comme "Zzyzx Road".


5. Keep the Car Running par Arcade Fire


S'il y a une qualité qui caractérise le son d'Arcade Fire, c'est bien l'urgence - et nulle part ailleurs elle n'est plus évidente que sur "Keep the Car Running", extrait de l'album super noir et grandiose Neon Bible 2007 du groupe. 

Basé sur les cauchemars d'enfance du chanteur Win Butler ("Men are coming to take me away !", il se languit), "Keep the Car Running" développe ces peurs en un sentiment d'anxiété globale, et la certitude qu'il doit y avoir quelque chose de mieux à l'avenir ("Je ne sais pas pourquoi, mais je sais que je ne peux pas rester").

À sa sortie, la chanson a été comparée à Bruce Springsteen de l'ère primaire ; imaginez la joie des fans lorsque Butler et Régine Chassagne ont fait une apparition surprise au concert du Boss au stade pour sortir la chanson avec lui. Attention : Vous allez enfreindre la limitation de vitesse si vous jouez cette chanson en conduisant.


6. Sweet Home Alabama de Lynyrd Skynyrd


Le football a peut-être tué le boogie rock du Sud. Écoutez-nous. À cause des rivalités entre les universités et les peaux de cochon, cette chanson n'a pas pu être réalisée aujourd'hui. Le football universitaire est une question de vie ou de mort là-bas, littéralement. 

Des arbres emblématiques et des gens ont été assassinés pendant les matchs. Skynyrd est né au plus profond du pays de la SEC : Les frères boogie-rock étaient de Jacksonville, pas de l'Alabama, et ont coupé la piste en Géorgie. Pouvez-vous imaginer une bande de fans des Gators qui jouent un morceau qui pourrait être interprété comme "Roll Tide" ? 

Les Yankees et leurs rivaux adorent se moquer et détester le Crimson Tide, mais quand cette chansonnette est jouée, chaque humain dans la pièce, quelle que soit son allégeance, devient un redneck temporaire, gen-u-wine Mobile.


7. Truckin’ par Grateful Dead


Faisons une pause, et reconnaissons que cette chanson a été reconnue par la Bibliothèque du Congrès américain comme un trésor national. Mmmm. Écrite et interprétée en commun par Jerry Garcia, Phil Lesh, Bob Weir et le parolier Robert Hunter, cette chanson bluesy et accrocheuse des années 1970, intitulée American Beauty, transforme les malheurs du groupe sur la route en une métaphore pour traverser les changements constants de la vie. 

Et vraiment, qu'est-ce qu'un bon voyage - ou une bonne vie - si vous ne pouvez pas vous exclamer à la fin : "What a long, strange trip it’s been" ?


8. Road to Nowhere par Talking Heads


L'introduction gospel-chorale de ce single optimiste, tiré des Little Creatures de 1985, constitue un excellent point de départ pour tout mélange de road-trip. La chanson célèbre le voyage sur la destination - comme le dit Byrne : 

"“I wanted to write a song that presented a resigned, even joyful look at doom." (Typique.) 

Tous les points d'arrivée ne sont pas bons, mais nous serons damnés si cette marche ne nous fait pas apprécier le voyage.

 

9. Graceland de Paul Simon


Les voyages en voiture sont un moment de contemplation, que l'on s'y attende (ou que l'on aime) ou non. Le célibat de Paul Simon en 1986 est un exemple parfait, qui nous permet d'apprécier ce qui est au fond son flux de conscience lors d'un voyage à Graceland avec son fils après l'échec de son mariage avec Carrie Fisher. 

À la fois nostalgique et plein d'espoir, il fait appel à toute la gamme d'émotions que nous semblons toujours ressentir un peu plus profondément sur la route.-Kate Wertheimer


10. Take It Easy par The Eagles


Les Eagles ont pris leur envol en 1972 avec leur premier single : un paean rapide mais doux à la romance de la route, où un monde de troubles - romantiques et autres - peut être écaillé à la seule vue d'une fille (mon seigneur !) dans une Ford à plat. 

Ecrite par le frontman Glenn Frey et son ami Jackson Browne, la chanson rejette l'inquiétude et se libère de l'aventure insouciante, ce qui est parfait pour soulager la tension sur la route. Comme l'indiquent les paroles : "Don’t let the sound of your own wheels drive you crazy


11. America de Simon et Garfunkel


Ajoutez celui-ci à votre liste de choses à faire avant de mourir : Tout le monde devrait être obligé (au moins une fois) d'écouter son côté agité, de faire de l'auto-stop, de monter dans un bus et d'aller dans une autre ville/état/pays pour trouver quelque chose de mieux - comme le décrit le classique de 1968 de Simon et Garfunkel, qui suit deux jeunes amoureux sur un Greyhound à la recherche de l'Amérique.

Emmenez votre chéri, fumez des cigarettes sur le bord de la route, discutez avec les gens bizarres que vous rencontrez au cours de votre voyage et, bien sûr, dégustez quelques parts de tarte américaine. 


12. Route 66 par Chuck Berry


Ce standard du R&B, écrit en 1946 par Bobby Troup, a été repris par tous, des Rolling Stones à John Mayer et Depeche Mode. Nous avons un faible pour la version de 1961 de Chuck Berry, qui correspond au pèlerinage de 3800 km sur la route principale reliant L.A. à Chicago. 

Qui mieux que le père du rock & roll peut accompagner un voyage qui passe par des restaurants à la cuillère de graisse, des petites villes figées dans le temps et des paysages américains saisissants ?


13. Home par Edward Sharpe and the Magnetic Zeros


Avant tout une chanson d'amour, le grand succès de 2010 de la troupe de L.A. est aussi, évidemment, un retour à la maison. 

Naturellement, la chanson de bien-être doit être jouée à la fin de votre voyage, lorsque vous roulez un peu vite parce que vous avez hâte de rentrer chez vous, dans votre lit confortable, chez vos parents ou votre chiot.



14. Going Up the Country par Canned Heat


Sorti en 1968 et adapté d'une chanson de blues des années 1920, le single de Canned Heat le plus populaire était l'hymne non officiel de Woodstock-et même après tout ce temps, c'est le morceau parfait pour démarrer un voyage, une chanson qui fait taper sur le volant et qui fait sourire et qui vous fait immédiatement languir dans les champs ensoleillés : "I’m going where the water tastes like wine, we can jump in the water, stay drunk all the time." Ces mecs avaient leurs priorités... du moment qu'ils avaient un chauffeur désigné.


15. I've Been Everywhere de Johnny Cash


La musique a toujours eu le pouvoir d'éduquer. Le film de Billy Joel "We Didn't Start the Fire" nous a appris plus d'histoire américaine du XXe siècle qu'une année de cours de sciences sociales en huitième année. Pour une leçon d'anatomie de CliffsNotes, nous nous sommes tournés vers le professeur Sir Mix-a-Lot. 

Et en matière de géographie, il n'y a pas de meilleure ressource musicale que cette chansonnette country, qui a été publiée pour la première fois en Amérique du Nord en 1962 par le crooner canadien Hank Snow. 

En quatre couplets, 91 lieux se succèdent à un rythme effréné, dans des destinations aussi bien grandes (Chicago et Nashville) que petites (Fond du Lac, Wisconsin, et Haverstraw, New York). 

La chanson a été reprise à de nombreuses reprises et adaptée à différentes régions du globe, mais nous avons un faible pour l'interprétation de l'Homme en noir de 1996, simplement parce que son baryton grave et usé par le temps suggère un homme qui a en effet été partout.


16. Holiday Road par Lindsey Buckingham


Difficile d'entendre ce petit saut de chaussette apparemment heureux sans penser au break de la famille Griswold qui zoome sur Walley World. Comme sa vidéo sombre contribue à le souligner, les paroles parlent plus de se sentir piégé que libre. 

L'homme de Fleetwood Mac était un as pour cacher sa douleur d'enfant derrière des sourires mélodieux. C'est pourquoi la chanson est si simple et géniale : elle fonctionne de la même manière que vous soyez enchaîné à un bureau et que vous aspiriez à des vacances ou que vous soyez enfin sur l'autoroute, à tourner Dieu sait où sans date limite.


17. Mr. Blue Sky par Electric Light Orchestra


Le point d'orgue est de 176 battements par minute. C'est une course vertigineuse, le rythme de vos pas qui touchent le trottoir lorsque vous rentrez chez vous en courant après un premier baiser.

Bien que nous n'ayons pas testé cette méthode, nous pensons qu'il s'agit de la cadence précise des piquets de clôture qui passent devant votre fenêtre lorsque vous roulez sur une autoroute juste au-dessus de la limite de vitesse. 

C'est pourquoi, chaque fois qu'il joue, vous avez envie de courir comme un gros chien muet vers votre petit ami, ou de laisser le vent vous traverser les cheveux à une vitesse de 122 km par heure, tout en chantant comme un robot sur le vocodeur. 

Attention : Lorsque "Mr. Blue Sky" est utilisé sans ces prises, il peut provoquer une envie d'errance profonde.


18. I'm Gonna Be (500 Miles) par The Proclaimers


S'il y a une chanson qui peut unir tous les passagers d'une voiture dans le simple fait de frapper n'importe quelle surface près d'eux à temps avec cet air ridiculement accrocheur, c'est bien celle-là - un succès en 1988 pour les jumeaux écossais The Proclaimers. 

Fait amusant : le "havering" mentionné dans le premier couplet ("And if I haver, I know I'm gonna be the man who's havering to you") est de l'argot écossais pour désigner le bavardage stupide. Alors maintenant vous savez...


19. Love Shack par les B-52's


Les Atlantes passent la majeure partie de leur journée dans une voiture. Il faut au moins 45 minutes pour se rendre n'importe où : à l'école, au Home Depot, au drive-in de Chick-fil-A. 

C'est pourquoi le trajet jusqu'à Athènes - bien qu'il s'agisse d'une portion désolée de kudzu et de centres commerciaux - est un soulagement si doux : au moins, vous vous déplacez. 

En 1989, les B-52 avaient probablement fait ce trajet des centaines de fois, et c'est ainsi qu'ils sont tombés sur leur "escapade amoureuse". Une fois que l'engourdissement de l'heure de pointe vous est tombé dessus, vous voulez sortir de cette satanée tache. 

C'est pourquoi les Géorgiens se rendent dans les bois pour boire, s'encanailler et allumer des feux d'artifice, peu importe que vous soyez un plouc de l'État rouge plus rouge qu'une langouste ou que Fred Schneider.



20. Ride Like the Wind de Christopher Cross


Prends ton EGOT et bourre-le. Chris Cross a le trifecta-mega-hits du transport pour la mer ("Sailing"), le ciel ("Arthur's Theme") et la route ("Ride Like the Wind"). Les gens le considèrent avec condescendance comme un yacht rock (le flamant rose sur son album n'aide pas), mais il est vraiment un yacht-jet et une voiture de location rock. Malgré sa réputation de blanc-bec, "Ride" est cool et dangereux. 

Il s'agit peut-être - non, probablement - de trafic de drogue. Vous partez pour le Mexique avec Michael McDonald comme diable sur l'épaule. En entendant ces bongos percutants, les effets de vent, le piano électrique et les coups de guitare grasse, cela pourrait bien correspondre aux Daft Punk de Random Access Memories. Cela reste de l'or pour les DJ. Appelez ça "Get Unlucky".


21. Ramblin' Man par the Allman Brothers Band


Nous ne sommes peut-être pas nés sur la banquette arrière d'un bus Greyhound (merci, maman !), mais pour une raison quelconque, l'idée d'être un homme (ou une femme) divaguant est infiniment séduisante. 

Et quand nous jouons ce hit de 1973 basé sur la chanson du même nom de 1951 de Hank Williams sur la route, c'est exactement ce que nous sommes. Au moins jusqu'à lundi. 


22. On the Road Again par Willie Nelson


Rien de tel que de prendre la route, où l'on peut échapper au stress du travail, de la famille, des factures, de la vie en ville et tout simplement être libre. Il suffit de demander à l'infatigable chien de route Willie Nelson. 

L'étranger à la tête rouge a écrit ce tube de 1980, l'hymne national le plus populaire de la ville, non pas à l'arrière d'un bus de tourisme mais plutôt sur un sac de vomi en plein vol.


23. Runnin' Down a Dream par Tom Petty


Certains diront que nous aurions pu construire toute cette liste uniquement à partir de petits airs - mais nous avons dû faire un choix, et nous avons choisi ce single de 1989 dans le premier album solo de l'homme de la chanson, Full Moon Fever. 

Non seulement il se déroule dans une voiture, mais la référence à "Runaway" de Del Shannon et le solo de guitare tueur en font un morceau parfait pour faire exploser vos haut-parleurs pendant que vous roulez sur l'autoroute à la poursuite du rêve américain, de votre future destination ou simplement du prochain hamburger sur le bord de la route.


24. Born to Be Wild de Steppenwolf


Le riff, comme le régime de l'accélérateur d'une moto, est devenu si terriblement banal qu'il est difficile d'imaginer ce que cela a dû être d'entendre son "tonnerre de métal lourd" avec des oreilles vierges pendant le générique de début d'Easy Rider. Aujourd'hui, le succès monstre de Steppenwolf est un cliché de bande-annonce de film au même titre que "Bad to the Bone" et "I Got You (I Feel Good)". 

Ce qui était autrefois un rock de motard coriace est aujourd'hui un fourrage à base de Viagra. Pourtant, si vous pouvez effacer les souvenirs de la bande sonore de "Problem Child", "Dr. Dolittle 2", "Rugrats Go Wild" et autres, le petit numéro sale se déchire toujours, avec une profonde odeur de gaz d'échappement et de cigarettes de jazz.


25. Don't Stop Believin’ par Journey


Un millier d'horribles représentations de karaoké ont quelque peu terni l'éclat de ce classique des années 80, mais une fois qu'il est allumé dans la voiture, vous en serez de nouveau amoureux en quelques secondes. 

Ne vous en servez pas comme carte routière, il n'y a pas d'endroit comme South Detroit. D'accord, mais c'est en Ontario, au Canada, et personne ne s'y rend en voiture.


26. Interstate Love Song par Stone Temple Pilots


Le STP sous-estimé (hé, c'est un additif pour carburant) n'a jamais vraiment été un groupe grunge. Le noyau était un pied de nez à la tendance, l'équivalent américain de la baggy-riding Leisure de Blur. 

En réalité, les groupes ont des ambitions plus mélodiques. Scott Weiland, comme le prouvent ses albums solo et son manteau de fourrure rose, avait bien plus de Bowie en lui que ses pairs. "Interstate Love Song" a permis de lever le voile, lorsque les Pilots ont annoncé : "Hé, on écoute vraiment les Beatles, pas les Melvins. C'est le bonheur de la chute, même si le refrain parle curieusement de trains, et non de conduite.


27. Radar Love par Golden Earring


Cette chanson de 1973, tirée du groupe de rock néerlandais Golden Earring, est l'une des plus parfaites chansons de voyage jamais écrites. 

"The road has got me hypnotized, I’m speeding into a new sunrise ! ", se lamente le chanteur Barry Hay, alors que la basse vous fait hocher la tête et que votre pied appuie instinctivement sur l'accélérateur. 

"Radar Love" a également la meilleure répartition de toutes les chansons de rock. C'est un fait scientifique incontestable.



28. Life is a Highway par Tom Cochrane


D'accord. Nous savons à quel point ces métaphores sont lourdes. Et à quel point les rimes sont forcées. On n'a jamais dit que chaque chanson de cette liste était un chef-d'oeuvre. 

Mais nous vous mettons au défi de ne pas chanter avec le refrain de cette fête du fromage de 1991, surtout sur une autoroute. Peut-être que personne n'écoute jamais la chanson dans son intégralité (désolé Tom), mais une ou deux "life is a highway" sont à peu près obligatoires.



29. The Way par Fastball


Le groupe de rock alt-rock Fastball a connu un succès radiophonique retentissant en 1998 avec ce récit de conduite rapide d'un couple marié qui abandonne sa maison et sa famille conventionnelles, au profit d'une vie de rêve sur l'autoroute sans destination. 

L'optimisme de la chanson "They'll never get hungry, they'll never get old and gray" (Ils n'auront jamais faim, ils ne seront jamais vieux et gris) a un sombre sous-courant : Des semaines après leur disparition, les corps du vrai couple texan qui a inspiré la chanson ont été découverts dans un ravin de l'Arkansas. Mais toutes les routes de la vie finissent par se retrouver dans une impasse : il vaut mieux, peut-être, au moins quitter l'allée.


30. California par Phantom Planet


Contrairement à la croyance populaire, la ballade du pouvoir du métal et des cheveux n'est pas morte par la balle du grunge. Les cheveux ont simplement raccourci et le pantalon s'est desserré. Exemple : ce thème de 2002 de The O.C. est un émo fait uniquement de l'émotion de la nostalgie pure. 

Il s'agit essentiellement du "Home Sweet Home" de Motley Crüe pour les millénaires mollycoddled, jusqu'à la vidéo compilée à partir d'images de tournée sentimentales. Et cela rappelle étrangement "California, Here I Come" d'Al Jolson. 

C'est un sacré exploit que de trouver un terrain d'entente entre Jolson et la Crüe. Mec, tu te souviens quand Ryan est devenu un combattant en cage après la mort de Marissa ?


31. Running on Empty par Jackson Browne


Ce n'est pas pour rien que cette chanson est la bande-son du célèbre jogging transcontinental du protagoniste du Forrest Gump : Peu d'airs pop capturent mieux que cette radio FM autobiographique la ruée vers la terre, à pied, en voiture ou, dans le cas de Jackson Browne, en bus de tourisme. 

Mais ce qui en fait un classique, c'est l'ambiguïté du message de Browne. "I don’t know where I’m running now; I’m just running on", chante-t-il, résumant parfaitement comment le désir d'évasion peut être un piège à lui tout seul.


32. Two of Us par les Beatles


Le catalogue des Fab Four est rempli de chansons sur les voyages : "Drive My Car", "Day Tripper", "Ticket to Ride", "Yellow Submarine" - la liste est interminable, comme une route longue et sinueuse. 

Aucun titre des Beatles ne donne cependant l'impression de partir en territoire inconnu avec quelqu'un de mieux que "Two of Us", écrit par Paul McCartney en 1969. 

On se demande si la complice de McCartney dans cette chanson est sa future épouse, Linda Eastman, comme il le prétend, ou John Lennon, ce que certaines paroles empreintes de nostalgie suggèrent. 

Peu importe, un voyage improvisé en voiture est un bon moment, que votre compagnon de voyage soit votre nouvelle flamme ou votre homologue dans le plus grand tandem d'auteurs de chansons de tous les temps.


33. I Drove All Night de Cyndi Lauper


L'irrévérence de la friperie qui a défini le personnage de Cyndi Lauper dans les années 1980 a parfois éclipsé sa ténacité et sa sensibilité de chanteuse, mais "I Drove All Night", tiré de son troisième album, A Night to Remember (1989), la place sur un mode différent. 

Poussée par un désir fébrile, elle prend le volant et se fraye un chemin jusqu'au lit de son amant (elle peut timidement demander "Est-ce que ça va ?" mais à ce moment-là, elle l'a déjà fait). 

Et la dernière note de Lauper, impressionnante et soutenue, est l'expression parfaite du sentiment d'aspiration indomptable de la chanson.


34. Chicago par Sufjan Stevens


Certaines chansons font battre votre cœur plus fort dès le départ, et la chanson "Chicago", qui a fait le tour du monde en 2005, est un véritable bijou, annonçant son entrée dans un tourbillon de cordes et un rush de percussions. 

Le fond se coupe soudainement à la voix de Stevens, qui murmure ce sentiment humain le plus universel : "I fell in love again—all things go, all things go", et plus tard, un autre sentiment familier : "I made a lot of mistakes, I made a lot of mistakes.

C'est cette reconnaissance de notre fragilité, associée à notre capacité irrépressible d'espoir et d'excitation qui donne à "Chicago" sa charge électrisante et motrice. Cela et le fait qu'elle figure dans le road movie ridiculement touchant Little Miss Sunshine.


35. Fade Into You de Mazzy Star


La conduite de nuit a trouvé un complément musical chatoyant dans ce morceau éthéré de 1994 des popsters de rêve Mazzy Star. 

Dans une rare magie sonore, il semble que, quelle que soit la vitesse à laquelle vous conduisez, les battements bas par minute de "Fade Into You" parviennent toujours à se synchroniser parfaitement avec les lignes de séparation de passage visibles depuis les deux phares de votre voiture. 

Et un trajet de nuit, de préférence entrepris alors que vous vous languissez d'un amour non réciproque, ne serait pas complet sans le crépuscule de Hope Sandoval, dont la voix obsédante résonne tout au long de votre trajet. Le bonheur d'une autoroute à deux voies, au clair de lune. 


36. Fast Car par Tracy Chapman


Le succès direct de Tracy Chapman en 1988, tiré de son premier album éponyme, donne à l'évasion une tournure particulièrement poignante. La voiture qui roule à toute allure et sa liberté romantique ("Les lumières de la ville s'allongent devant nous/Ton bras est bien enroulé autour de mon épaule") sont indissociables de ce qu'elle roule à toute allure : une vie de pauvreté urbaine, coincée à s'occuper de cadavres - d'abord un père ivre et ensuite, à la fin, le conducteur même dont elle avait rêvé qui pourrait la porter à son secours.


37. The golden Age par Beck


Cette chanson de 2002, tirée de Sea Change, un morceau désolé et déchirant de Beck, est l'une des illustrations les plus parfaites et les plus profondes de la conduite comme moyen d'évasion. 

Il est préférable de le jouer la nuit, dans le désert si vous en avez un sous la main, lorsque vous vous sentez mal mais que vous avez presque réussi à vous en sortir. 

Et quand, comme le dit Beck, "il faut conduire toute la nuit pour se sentir bien". Vas-y, conduis et vautre-toi. Peut-être que vous vous sentirez mieux demain matin.


38. Scar Tissue par Red Hot Chili Peppers


Les Peppers de L.A. en savent long sur les autoroutes, comme en témoigne un catalogue de chansons inspirées de Cali, avec des morceaux à faire tourner. Pour un voyage sur la route, nous aimons ce morceau de Californication, l'album du groupe sorti en 1999, pour son côté désertique et crépusculaire. 

L'attrait principal de la chanson réside dans les solos de guitare de John Frusciante, qui incarnent douloureusement les paroles d'Anthony Kiedis sur l'isolement et les chemins tortueux, alimentés par la drogue, qu'il a parcourus ("With the birds I'll share this lonely view").


39. Everyday Is a Winding Road par Sheryl Crow


La petite sœur de "La vie est une autoroute" de Tom Cochrane, le tube de Sheryl Crow de 1996 coopte sans hésitation l'utilisation des chemins de traverse automobile comme métaphores des hauts et des bas de la vie. 

(Billy "the world is a vampire" Corgan a apparemment mal lu le mémo.) Les personnages "farfelus" des chansons de Crow sont souvent un peu trop précieux à notre goût - dans ce cas, un réparateur de distributeur automatique avec une fille qu'il appelle "Easter" (quoi ?) - mais le refrain nous excite toujours pour quelques virages en épingle à cheveux, même lorsque nous roulons dans une ligne droite apparemment sans fin. 

La chanson fonctionne parfaitement lorsque votre destination est la rue Lombard de San Francisco, dont les habitants ont probablement cette mélodie qui leur trotte dans la tête 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.


40. Jack & Diane de John Cougar Mellencamp


Inévitablement, votre voyage en voiture va connaître quelques accalmies : Vous luttez contre les bâillements, vos passagers se sont évanouis, et il reste 91km à parcourir jusqu'au prochain arrêt. Dans ce cas, il existe un moyen infaillible de remettre votre voyage sur la bonne voie : Libérez le Cougar. 

Le fils préféré de l'Indiana se spécialise dans les chansons sur le cœur de la terre, et son joyau est ce hit-parade de 1982 sur deux amoureux du lycée et les méandres de leur rêve américain. 

Malgré le rythme endiablé et la rupture épique de la batterie, rivalisant avec celle de "In the Air Tonight" de Phil Collins, le récit est prudent, nous incitant à savourer ces années d'adolescence palpitantes et insouciantes. Oh, être jeune, amoureux et sucer des chili dogs en dehors du Tastee Freez...


41. King of the Road de Roger Miller


Nos pères ont-ils joué cette chansonnette de 1964 sur les longs trajets en voiture quand nous étions petits ? 

Bien sûr. Pensons-nous qu'ils ont envisagé les conséquences potentielles de rendre les vagabonds sans le sou super cool ? J'en doute. Quoi qu'il en soit, c'est un hymne intemporel pour tous, et c'est dommage s'il n'est pas accrocheur. Nous aimons beaucoup l'écouter dans notre camionnette au bord de la rivière.

 

42. Green Onions de Booker T. & the M.G.'s


Cet instrumental R&B, enregistré en 1962, est la bande-son parfaite pour une promenade en voiture sans hâte, lorsque vous en avez assez de chanter et que vous êtes prêt à vous laisser aller. 

Il est répétitif, un peu comme la route, mais avec un rythme régulier et un orgue Hammond pour maintenir l'intérêt. Largement considérée comme l'une des plus grandes chansons de tous les temps, elle a été acclamée par Rolling Stone, Acclaimed Music, le Grammy Hall of Fame et la Bibliothèque du Congrès. 

Si AAA avait une liste des plus grandes chansons, nous sommes sûrs que "Green Onions" y figurerait aussi


43. Hit the Road Jack par Ray Charles


D'une simplicité diabolique avec ses accords de piano descendants, "Hit the Road Jack" est chanté du point de vue d'un coureur de jupons éjecté par sa dame. Ce classique du R&B de 1961 devrait, en tout état de cause, remporter un prix pour avoir été impossible à ne pas chanter avec lui : "What you say ?????" crie le héros de l'âme Charles à ses Raelettes à la voix de velours. 

Plus tard, il se plaint : "Vous ne pouvez pas dire ça", de façon aussi convaincante qu'un chat qui se cueille des plumes d'oiseau entre les dents. L'utilisation la plus mémorable du titre dans un road trip apparaît dans le film comique de 1989, The Dream Team.


44. Mustang Sally par Wilson Pickett


Vous pouvez probablement blâmer la censure pour nos fétiches du sexe automobile. Les premiers rock & rollers ne pouvaient pas chanter sur le sexe, alors ils chantaient sur leurs voitures... avec des sous-entendus pas si subtils. 

"Mustang Sally", la grand-mère de "Little Red Corvette", ne veut que "faire un tour", et Pickett hurle avec le pouce à l'extérieur, cherchant à faire de l'auto-stop. Sept ans plus tard, J.G. Ballard publiera Crash. 

L'aurait-il écrit si, au lieu de "C'est mon petit coupé", on avait laissé les Beach Boys crier : "Ma fille, tu es belle, tu ne veux pas reculer cet azz ?"


45. Let Me Ride par le Dr Dre


The Chronic est arrivé dans la foulée des émeutes de 1992 dans le Centre-Sud. Les habitants de Compton cherchaient à s'échapper et ne pouvaient pas le faire - et pas seulement à cause du trafic sur la 110 et la 405. C'était un cri de ralliement avec les sièges baquets rabattus, le roulement lent sur un rythme de repos et ces claviers en G-funk à sifflet de chien. 

"Swing down, sweet chariot, stop, let me ride", dit le refrain tiré de la "Mothership Connection" du Parlement, elle-même basée sur un esprit d'esclave. Mais ce n'est pas parce que la chanson cache un sens politique plus profond, la façon dont les lowriders cachent un caisson de basses dans le coffre, qu'il n'y a aucune raison que Dre ne puisse pas rouler avec style. Plus précisément, dans une Chevy Impala de 1964 chaussée de jantes Dayton (alias "D", comme dans "Throw some Ds on that bitch").


46. Going back to Cali par LL Cool J


D'Al Jolson à Led Zeppelin en passant par Phantom Planet, des dizaines d'artistes ont puisé dans le rêve de l'État d'or vers l'ouest. La tradition remonte aux chansonnettes de la ruée vers l'or du milieu du XIXe siècle, à la Smithsonian Folkways comme "Life in California". 

Mais un seul homme a fait le voyage, enveloppé dans des métaux précieux, sans les chercher. Cool J navigue jusqu'à la côte, comme il le proclame en vers, dans une Corvette avec un volant à chaînes chromées Laurents, des jantes en fil de fer Dayton et une capote de cabriolet à feuilles d'or. 

Les 808 coups de tonnerre de Rick Rubin sous les rimes extrêmement décontractées de Mr. Ladies Love. "I'm going back to Cali", chuchote-t-il presque avant de hausser les épaules. 

"Hmm, I don't think so." Il pourrait y aller, il pourrait ne pas y aller. Avec ses richesses, il est une Californie ambulante. C'est cool. Assez cool pour faire l'un des rares solos de saxophone de l'histoire du hip-hop.


47. Shut Up and Drive par Rihanna


Est-ce que c'est une chanson idiote ? Oui. Est-elle musicalement un peu ennuyeuse ? Mais est-ce que c'est un morceau amusant à monter quand on prend l'autoroute ? 

Bien sûr que oui. Rihanna a fait une meilleure musique que ce morceau de 2007 ("Umbrella", "We Found Love"), mais ses chansons sont un peu comme le sexe et beaucoup comme la pizza : Même quand elles sont mauvaises, elles sont quand même assez bonnes. Et avec des paroles faites sur mesure pour le trottoir, celle-ci est une évidence. 

Canalisez la fanfaronnade de RiRi, montez le volume, et, bon, taisez-vous et conduisez. Ensuite, allez poster un selfie révélateur sur Instagram. (Non, ne faites pas ça.) Vous aurez l'impression de conduire une Lambo même si vous êtes en fait au volant d'une Pinto.


48. The distance par Cake


Avec les cuivres caractéristiques du groupe et une mélodie autodidacte qui demande pratiquement un head-bobbing et une intensité Speed Racer-esque (vous pourriez même vouloir investir dans des gants de course), ce single du Fashion Nugget de 1996 est irrésistible. 

L'album est rempli d'un plus grand nombre de chansons de conduite que celui-ci ("Race Car Ya-Yas", "Stickshifts and Safetybelts"), mais c'est le single qui a rapporté le plus d'argent et qui a obtenu le statut d'album platine. 

Mettez-le sur repeat et prenez la route. Faites une pause de temps en temps pour le morceau n°7, l'excellente reprise de "I Will Survive" de Gloria Gaynor.


49. Roadrunner des Modern Lovers


C'est une juxtaposition brillante : Le montage de Jonathan Richman de 1972, écrit alors qu'il avait 19 ans, contraste admirablement le son de chugalug du Velvet Underground, dépouillé et sale, avec un sujet si banlieusard que les héros de Richman, Lou Reed & Co. n'oseraient pas y toucher : L'excitation d'être jeune, de conduire une voiture et de faire sauter la radio. 

La propulsion répétitive à deux cordes de la chanson est un parfait remontant de fin de soirée pour un voyage sur la route.-Tim Lowery



50. Have Love, Will Travel par les Sonics


A un moment donné de votre vie, entre l'obtention de votre permis de conduire et votre mariage, vous allez vraiment conduire du Maine au Mexique pour un morceau de cul, comme le fait Gerry Roslie dans ce classique proto-punk. 

Le tintement de la guitare à haute tension sonne comme si les cordes étaient sur le point de claquer, l'émulation sonore parfaite de la frustration sexuelle. 

Une publicité récente pour de la bière mexicaine prétend qu'il faut une "encyclopedic knowledge of garage rock" pour sortir cette chanson, comme si elle provenait d'un volume perdu et poussiéreux. Nan, c'est le Rock & Roll 101.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Lac Américain
Les Meilleurs Lacs Américains

février 20, 2021

Voici 43 endroits préférés pour une escapade au bord d'un lac. Pas de requins. Pas de rivages. Juste le paradis sur des eaux calmes qui nous attend !
Voir l'article entier
Les Merveilles De La Californie
Les Merveilles De La Californie

février 19, 2021

De nombreux États américains sont réputés pour leurs parcs d'attractions, et la Californie n'est pas différente, avec des parcs de toutes formes et de toutes tailles qui conviennent à tout le monde, des plus petits aux accros de l'adrénaline !
Voir l'article entier
Que Veut Dire Vintage
Que Veut Dire Vintage

février 06, 2021

Deux mots qui entrent dans cette catégorie sont "antique" et "Vintage". Ces termes sont souvent utilisés de manière interchangeable.
Voir l'article entier